Récemment, il a été souligné qu’environ 30 % des enfants de moins de 3 ans et 15 % des enfants âgés de 3 à 14 ans souffrent de troubles du sommeil.

Il est tout à fait normal que cela se produise, et de nombreux parents se souviennent certainement des longues nuits blanches passées à attendre que leur enfant s’endorme. Ce n’est pas un problème à ignorer car il peut entraîner des déséquilibres comportementaux, des difficultés scolaires et des problèmes de mémoire plus tard dans la vie.

Comment les problèmes de sommeil se manifestent chez les enfants

Selon le Dr Adriana Saba, les enfants âgés de 6 à 12 mois ont plus de mal à dormir que les enfants plus âgés. « Toutefois, ce n’est pas toujours le cas et de nombreux enfants continuent à avoir des difficultés à dormir jusqu’à l’âge de trois ans.

À ce stade, les troubles du sommeil prennent trois formes différentes. Tout d’abord, la difficulté à s’endormir en raison du tempérament de l’enfant, mais aussi la difficulté à se retirer des jeux et des activités. À cela s’ajoute une autre forme de troubles : les cauchemars, surtout dans la phase REM et dans les dernières heures du sommeil.

La dernière forme de problèmes nocturnes est appelée pavor nocturnus. Il s’agit d’un état d’agitation et d’anxiété dans les premières heures de la nuit. L’enfant devient agité, parle de façon incohérente, s’assoit sur le lit en criant ou en pleurant. Ce dernier se manifeste au plus tôt à l’âge de 2 ans, mais peut durer jusqu’à 12 ans.

Est-il possible de résoudre ces troubles ?

Tout d’abord, il convient de souligner que si nous sommes confrontés à l’un de ces troubles, la première chose à faire est de consulter le pédiatre ou un spécialiste. Cependant, il y a certaines choses que nous pouvons faire indépendamment pour aider à dormir, toutes recommandées par Adriana Saba.

Tout d’abord, il serait nécessaire de créer une routine de sommeil pour l’enfant, qui tienne compte de son besoin de s’endormir plus tôt que nous ne le faisons habituellement. Si nous sommes confrontés à un épisode de pavor nocturnus « ne pas réveiller le petit, mais simplement rester avec lui et l’empêcher de se faire du mal ».

Il est également important de s’assurer que l’enfant est heureux en lui demandant si quelque chose lui cause une tension émotionnelle et en y remédiant. L’interaction avec les autres et l’air frais contribuent au bien-être mental et physique de l’enfant en améliorant la qualité du sommeil.

À vous de jouer…

Si vous avez aimé cet article et que ces conseils vous semblent utiles, partagez-le avec vos amis sur Facebook!

Sur le même sujet :

12 conseils pour aider vos enfants à dormir toute la nuit

Vos Enfants Sont-ils en Sécurité à la Maison? Suivez Ces 9 Conseils Pour en être Sûr