Certains parents n’arrivent pas a anticipé la fin du temps de l’enfance de leur progéniture. « Vers 11, 12 ou 13 ans, les enfants ne se gèrent plus du tout de la même manière. Il y a une ambivalence de la part des parents. D’un côté, ils précipitent l’arrivée de ce pré-ado en le rendant autonome le plus possible, mais d’un point de vue affectif, cet éloignement les effraie. ». Selon Daniel Coum, psychologue.

Laisser faire, laisser dire ? Hors de question! Mais réagir tout en douceur et avec fermeté, pourquoi pas ? Dans cet article, on va vous montrer comment se faire obéir sans hausser le ton.

Votre ado laisse ses affaires n’importe où, ne participe pas aux tâches du quotidien et vit ses journées comme bon lui semble ? Rassurez‑vous, ce comportement d’ado sorti de la cuisse de Jupiter serait parfaitement normal, mais pas irréversible.

Continuez alors à lire cet article pour voir les 8 conseils pour mieux gérer son ado.

1.Donner envie

La règle d’or pour se faire obéir, c’est de donner l’envie sinon votre ado aura beaucoup du mal à obéir. Il faut comprendre que pour un ado, autonomie signifie: « je fais ce que je veux » et donc, il faut lui montrer qu’il peut accéder à cette autonomie, mais avec quelques contreparties. En d’autres mots, vous devez légèrement le récompenser pour lui donner l’envie de vous obéir.

2.Tenir bon

Un parent, c’est un moniteur d’auto-école qui transmet une éducation, des valeurs et, parfois, se doit d’écraser la pédale de frein pour mettre un “stop”. Il faut donc savoir tenir bon même si votre ado vous culpabilise avec des exemples de parents plus laxistes. Il ne vous le dira jamais, mais il se rendra compte qu’il se sent plus en sécurité avec vous qu’auprès de parents « moins sévères ».

3.Jouer collectif

Il s’agit de demander à tous les membres de la famille « qui fait quoi cette semaine? », pour montrer qu’une vie en société n’est viable que si chacun participe aux tâches ménagères, y compris les plus ingrates. La maison n’est pas une zone de non-droit, tout comme l’école. L’ado lui-même n’imagine pas une salle de classe où les élèves mettraient leurs pieds sur la table et etc…

4.Faire la « grève » des parents

Comme pour les travailleurs n’hésitez pas à vous mettre en grève si vous en avez trop ras-le-bol. Pendant une semaine, voire plus, imitez votre ado en suivant vos envies et rien d’autre. Restez tout de même vigilant sur l’hygiène et la sécurité. Au bout de quelques jours, vous entendrez votre ado se plaindre :  il n’y a plus de linge propre, les surgelés lassent, il n’y a plus de couverts. Ensuite, au moment opportun, faites une réunion de famille et demandez-lui s’il préfère continuer ainsi ou si il veut bien collaborer pour les tâches ménagères.

5.La négociation

Une fois arrivé à l’adolescence, votre enfant ne va plus obéir mais accepter de faire ou de ne pas faire. Il va donc falloir négocier, tout en restant droit dans ses bottes sur les besoins ontologiques de votre enfant comme le sommeil, l’hygiène et la sécurité. Par exemple, retarder l’heure du coucher la veille des jours sans école, donner des temps de jeu si la chambre est rangée ou qu’il ou elle a participé aux corvées de la maison.

6.Passer un contrat

Il faut lui mettre en tête ce message  » on n’a rien sans rien « . Alors, passez un contrat avec votre ado, dans lequel chacun écrit ses attentes. Celui-ci souhaitera certainement un forfait téléphonique plus étendu, des temps de jeu ou de sortie avec ses amis, vous de votre côté demanderez des horaires respectés, un investissement scolaire qui prime sur les loisirs ou, tout simplement, du respect en toutes circonstances.

7.Les torts partagés

Et si les parents, malgré eux, n’avaient pas réussi à favoriser l’émergence d’un comportement sans gêne? Certains parents ont trop pris l’habitude de tout faire à la place de leurs enfants en pensant que l’école les fatigue déjà beaucoup et prennent la maison pour un havre de paix dans lequel leurs chérubins seraient les invités. Alors que c’est précisément aux parents de faire comprendre aux ados que tout ne leur est pas dû. Il faut réagir avec une main de fer dans un gant de velours.

8.Garçons, filles : même problème ?

Cet âge est sûrement le moment où les différences entre les genres se ressentent le plus. Les filles seraient plus sollicitées pour aider et seraient moins pardonnées lorsque leur chambre est mal rangée. Les garçons eux ne remettent rien à leur place et sous prétexte qu’ils peuvent se servir tout seul, ils n’aident pas pour la préparation des repas. D’autre part les filles de cet âge sont beaucoup plus accro aux réseaux sociaux et les garçons aux jeux vidéo.

À vous de jouer…

Cet article vous a été utile? N’hésitez pas à le partager sur Facebook avec vos amis!

Sur le même sujet :

Les Enfants: 10 Règles Pour Les Faire Obéir Sans Crier

Produits High-Tech: 10 Raisons Pour Les Interdire Aux Enfants