Le hoquet touche tôt ou tard tout le monde. Ce réflexe involontaire peut aussi créer un certain malaise, surtout s’il dure trop longtemps.

Les causes qui le provoquent sont nombreuses et communes : d’une consommation excessive d’alcool à de la nourriture trop piquante, jusqu’à l’ingestion d’air ou aux changements de températures. Quelle que soit la cause, le hoquet est provoqué par une irritation du nerf phrénique, qui contrôle les contractions du diaphragme.

Contracté à plusieurs reprises en raison de l’irritation, à chaque contraction il provoque la fermeture de la glotte en produisant le « hic » classique.

La réaction est involontaire et incontrôlable, elle ne peut pas être anticipée, mais avec la bonne méthode, il est possible de l’interrompre. L’important est de laisser le diaphragme se détendre.

Le hoquet est lié à l’un des Guinness des Records assez particulier : Charles Osborne détient le record pour avoir de la plus longue période avec le hoquet. C’était en 1922 et avec une fréquence initiale de 40 hoquets par minute, qui sont ensuite descendus à 20 avec quelques mois de pause, 68 années passèrent avant qu’il ne parvienne à s’en libérer.

Voyons donc quelles sont les 10 meilleures méthodes pour éviter de battre le record d’Osborne.

1) Retenir son souffle

Le médecin Eryximaque dans Le Banquet de Platon le conseillait : pour surmonter le hoquet il faut retenir sa respiration. Il suffira de remplir ses poumons d’air, en gonflant la poitrine, pour immobiliser le diaphragme. Étant, en effet, dû à une série de contractions, en l’immobilisant, il est contraint de se détendre, et interrompant ainsi l’accumulation d’anhydride dans les poumons causée par les contractions.

2) Boire de l’eau

C’est le deuxième conseil d’Eryximaque, et l’un des plus efficaces. Boire une série de petites gorgées d’eau aidera à stimuler de nouveau le nerf phrénique, interrompant son irritation. La tradition populaire conseille de retenir son souffle en buvant, et effectivement, cela est encore plus efficace.
Autrement, vous pourriez essayer de boire « à l’envers », en appuyant vos lèvres sur la partie du verre ou vous mettez habituellement votre nez. C’est légèrement compliqué, mais une autre torsion supplémentaire du corps permet de détendre le nerf.

3) Provoquer un éternuement

Dernier conseil d’Eryximaque, l’éternuement. Cela aussi peut sembler compliqué, mais il suffira d’irriter ou de stimuler votre nez. Un parfum très fort, un pinceau ou une petite plume près des narines le provoqueront. C’est aussi la méthode la plus efficace au Symposium pour faire passer le problème.

4) Citron et vinaigre

Il n’existe pas d’explication scientifique, mais il parait que le citron est un remède contre le hoquet. Il suffit de mettre dans la bouche une petite tranche de citron et de mâcher, voilà l’astuce. Cela peut être difficile et en alternative, une cuillère de jus pourra suffire. Si même comme ça le hoquet ne passe pas, selon certains, une cuillère de sucre imprégnée de jus de citron fonctionne mieux.
Les plus courageux peuvent aussi essayer avec du vinaigre à la place du citron

5) Sucre ou miel

Assurément le plus gourmand des remèdes. Il semble, en effet, qu’un goût sucré aide à réduire la pression sur le diaphragme : une cuillère de sucre peut suffire. Autrement, une cuillère de sirop ou de miel. Attention toutefois à ne pas exagérer, une quantité excessive de sucres ne fait jamais de bien au corps. Dans le cas où ce remède ne fonctionne pas, mieux vaut passer à un des 5 prochains.

6) Respirer dans un sachet en papier

Une technique peu adaptée aux enfants, mais très efficace. On l’utilise aussi en cas d’attaques de panique, il suffit de respirer dans un sachet en papier pendant quelques secondes. Cette action permettra d’augmenter le niveau de CO2 dans le sang, en détendant les nerfs et les muscles et en réduisant ainsi la pression sur le diaphragme. Attention : il est conseillé d’arrêter après quelques secondes, sinon le niveau de CO2 dans le sang deviendra trop élevé.

7) Un glaçon

Celle-là aussi ne fait pas partie des solutions plus simples ou agréables, mais c’est une des méthodes des plus anciennes et efficaces.
Il suffira de prendre un glaçon et vous pourrez procéder de deux façons : ou écraser le cube de glace et l’avaler en petits morceaux (en choisissant par exemple d’en casser une paire plutôt qu’un seul), ou, et c’est de nouveau une alternative pour les plus courageux, appuyer le glaçon sur votre ventre pendant quelques secondes. Ici aussi il n’y a pas d’explication scientifique, mais il semblerait que le froid agisse directement sur le nerf phrénique, en le détendant.

8) La manœuvre de Valsava

Le nom peut vous paraître étrange, mais c’est une technique utilisée aussi par les plongeurs et, plus généralement, pour « déboucher » les oreilles. Son nom vient de celui du médecin qui l’a inventée, Antonio Maria Valsava, et elle est très efficace contre le hoquet. Pour la mettre en pratique il suffirait de se boucher le nez et de souffler avec la bouche fermée pour déboucher les oreilles, de cette façon la pression à l’intérieur de corps se rééquilibrerait.

9) Comprimer le diaphragme avec ses genoux

Très simple mais applicable presque exclusivement à la maison. En se relaxant et en portant ses genoux jusqu’à sa poitrine, en maintenant la position pendant un instant, en relâchant et en répétant cette action, vous agirez directement sur le diaphragme. Cette position permettra d’alléger la pression, en comprimant et relaxant plusieurs fois, et en faisant ainsi passer rapidement le hoquet.

10) Demander à quelqu’un de nous effrayer

C’est la technique contre le hoquet que nous connaissons tous depuis notre enfance, et c’est aussi la plus amusante. Effrayer quelqu’un est plus simple que ça en a l’air, il suffit de gonfler et de faire éclater un ballon baudruche, ou de demander de l’aide à quelqu’un pour l’effrayer. Scientifiquement parlant, la peur coupe le souffle, fait augmenter l’oxygène dans le sang et stimule une nouvelle fois le nerf phrénique.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager su Facebook avec vos amis!

Sur le même sujet :

L’astuce Pour Soulager Une Langue Qui Brûle ou Qui Pique

7 Bonnes Raisons de Péter Librement